Allégations de pots-de-vin: des villes nient tout

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Basses-Laurentides) Plusieurs municipalités des Basses-Laurentides qui auraient reçu des pots-de-vin de la part de Tecsult nient catégoriquement ces allégations. Deux témoins entendus au procès de Tony Accurso affirment avoir payé des centaines de milliers de dollars à plusieurs villes des Laurentides en pots de vin ou ristourne pour l’obtention de contrats.

Marc Gendron et Roger Desbois, deux ex-cadres de la firme de génie-conseil Tecsult, ont identifié les villes de Blainville, Mirabel, Sainte-Thérèse et Boisbriand comme ayant profité de ce stratagème avant 2008. Après 2008, Tecsult a été achetée par Aecom qui a mis fin à cette procédure illégale.

Mirabel

Le maire de l’époque, Hubert Meilleur, réfute les allégations avec vigueur.

« À ma connaissance, le temps que j’ai été là (maire de Mirabel) Tecsult n’a jamais travaillé à Mirabel. Dans les années 90, Gendron Lefebvre (ancien nom de Tecsult) avait fait un contrat à Mirabel et ils nous demandaient un supplément de 38 000$ parce que le contrat a terminé en retard, on n’a jamais voulu payer alors la compagnie était en colère après nous autre. Alors s’ils donnaient de l’argent à quelqu’un c’était pour nous enlever de là », lance d’un seul trait l’ancien maire.

La ville de Mirabel confirme qu’aucun contrat n’a été octroyé à Tecsult entre 2000 et 2008, il est toutefois à noter que la firme de génie-conseil fonctionnait aussi sous une centaine de noms différents selon le registre des entreprises.

Mirabel a bien embauché Tecsult, mais il s’agissait d’un contrat commun impliquant Sainte-Thérèse, Blainville, Boisbriand et Mirabel.

Sainte-Thérèse

À Sainte-Thérèse, la mairesse Sylvie Surprenant préfère ne pas commenter ces deux témoignages. Par courriel le service des communications de la ville répond : « Je vous informe que nous déclinerons la demande d’entrevue », sans plus d’explications.

Toutefois, en mai 2013, en marge de la Commission Charbonneau, la mairesse avait vivement nié des allégations similaires formulées par Roger Desbois.

Blainville

Du côté de Blainville, le maire de la ville de 1993 à 2005, Pierre Gingras a réfuté les allégations.

« Tecsult n’a jamais fait affaires avec nous alors que j’étais maire », a-t-il dit.

Cependant des procès-verbaux de ces années montrent noir sur blanc que Blainville a octroyé des contrats à Tecsult sous le règne de M. Gingras.

De son côté, le maire de Blainville de 2005 à 2013, François Cantin affirme n’avoir jamais rencontré M. Desbois à l’exception d’une seule fois.

« C’était au quarantième anniversaire de la Ville. C’est lui qui avait gagné la BMW après avoir acheté des billets de notre concours »,a-t-il mentionné. Ce dernier avoue que Tecsult faisait des affaires à Blainville, mais que cela n’était pas de son ressort. Il affirme qu’à sa connaissance son parti politique n’a jamais reçu d’argent de la firme de Génie-Conseil et aucune ristourne ne lui a été versée.

Boisbriand

À Boisbriand, la mairesse de l’époque Sylvie St-Jean a été trouvée coupable de fraudes, complot et abus de confiance dans une affaire de partage de contrats. Il pourrait y avoir un lien entre ces accusations et les témoignages de cette semaine.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez