Barbier depuis 60 ans

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Sainte-Thérèse) Ronald Bernier est barbier, un métier d’un autre temps mais qu’il pratique encore aujourd’hui, 60 ans après sa première coupe de cheveux. Son salon de la rue Waddell à Sainte-Thérèse, est bien plus qu’un commerce, c’est un club social pour les résidents du quartier.

Âgé de 79 ans, M. Bernier est natif de L’Épiphanie dans Lanaudière. À la fin de l’adolescence il s’inscrit à des cours pour devenir barbier.

« Quand je suis sorti de l’école de barbier je suis allé directement à Sept-Îles sur un site d’Hydro-Québec. On était payé tous les soirs. Ici à Sainte-Thérèse je suis arrivé en 1960, en arrivant je me suis acheté une voiture neuve, je m’étais ramassé de l’argent, j’ai acheté une Pontiac Laurentian neuve à 2900$ », raconte M. Bernier qui chargeait 75 cents pour une coupe de cheveux à l’époque.

Son salon, qui est situé au rez-de-chaussée de sa résidence à Sainte-Thérèse depuis 58 ans, a conservé un certain cachet d’antan et il est le point de rencontre de plusieurs personnes du quartier.

« J’ai beaucoup de clients qui se sont fait couper les cheveux il y a une semaine ou deux et qui arrêtent quand même juste pour venir s’asseoir et jaser, pour prendre des nouvelles. Je leur donne une bouteille d’eau et on jase », ajoute celui qui est installé à Sainte-Thérèse depuis 58 ans.

Une passion de couple

La conjointe de M. Bernier, Gysel Charron, partage la même passion que lui, elle a d’ailleurs son propre salon de coiffure pour dames dans la pièce d’à côté. Mme Charron a toutefois dû arrêter de travailler pour subir une opération à une cheville mais elle est impatiente de retrouver ses clientes.

« Je suis prise dans le plâtre au 2e étage de la maison. Parfois en regardant par la fenêtre je vois des clientes passer dans la rue, je leur envoie la main. J’ai vraiment hâte qu’on m’enlève ce plâtre là pour retourner dans mon salon », raconte Mme Charron avec passion.

Ronald Bernier et sa conjointe Gysel Charron

Le travail c’est la santé

Pour Ronald Bernier, le travail c’est la santé. Pendant près de 30 ans il a cumulé deux emplois. Barbier de jour et employé chez General Motors (GM) à Boisbriand le soir. Il touche d’ailleurs une pension de la GM, il pourrait se la couler douce mais ce n’est pas dans son ADN.

« Je continue à travailler parce que ça passe le temps. Je ne me vois pas sur une chaise berçante. Mais j’ai modéré. Avant c’était cinq jours semaine mais là c’est juste trois jours », explique avec un large sourire le septuagénaire.

Le temps fait son œuvre

Si le paysage de sa ville a changé au cours des 58 dernières années avec la construction de condos et de la gare de train tout près, sa clientèle aussi a bien changé. M. Bernier est toujours à son poste et il garde la forme mais tous n’ont pas eu la même chance.

« Depuis 10 ans j’ai perdu au moins 82 clients, en plus de ceux que je ne sais pas. Je vais couper les cheveux sur la Montée Gagnon à la résidence de personnes âgées, j’ai trois clients, je vais aussi à la résidence de Sainte-Rose et au foyer Drapeau. Ce sont des clients qui venaient ici et qui sont aujourd’hui en chaise roulante, qui sont paralysés ou qui souffrent d’Alzheimer », relate avec tristesse le barbier.

Le père de cinq enfants et de huit petits-enfants partage avec plaisir le secret de son succès.

« Travailler tranquillement et parler aux clients. Et pour ce qui est de la santé, il faut manger tranquillement, des petites portions mais plus souvent. Pas trop de sucre et beaucoup d’eau ».

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.