Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Mirabel) Plusieurs citoyens de Mirabel-en-Haut sont inquiets. C’est qu’un promoteur envisage de développer deux secteurs de ce quartier bucolique et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) exige qu’il y ait au minimum 16 habitations par hectare, alors que le quartier en compte actuellement cinq. 

Pour freiner l’étalement urbain, la CMM a décidé d’imposer un seuil minimum de densification à tout développement en banlieue. En d’autres mots, on verra de moins en moins maisons unifamiliales sur d’immenses terrains et de plus en plus d’immeubles à condos ou à logements et Mirabel n’échappe pas à cette règle.

Des questions au maire

À la réunion du conseil municipal du 14 mai dernier, les citoyens ont été nombreux à presser le maire Jean Bouchard de questions au sujet de ce développement.

« J’habite Mirabel depuis 13 ans, j’ai quitté la France et j’ai choisi Mirabel parce que je n’en voulais pas de densité de population. Quand on voit cette densité-là dans ce quartier-là ça ne marche pas, la logique n’y est pas », a lancé Carole Garnier.

Le maire se fait rassurant, il affirme que le promoteur va se plier aux souhaits de la ville et des citoyens. Il préférerait voir se construire des maisons de ville et des jumelés.

« Actuellement le promoteur peut faire des cinq logements, on ne veut pas de cinq logements on veut qu’il (le promoteur) révise l’aménagement et la planification de ces secteurs-là », répond Jean Bouchard.

Un ancien conseiller monte au front

David Marra-Hurtubise qui est un expert en environnement et qui a été conseiller municipal de Mirabel de 2013 à 2017 croit que ce secteur situé à l’extrême nord de Mirabel aux limites de St-Colomban, n’est pas propice au développement en raison de sa richesse écologique. Des terres humides et une superbe rivière à l’eau limpide traversent le secteur.

M. Marra-Hurtubise ne s’oppose pas au développement, mais il souhaiterait que les décisions soient prises avec les citoyens afin de s’assurer que le projet fasse consensus.

« Les citoyens sont dans le noir, on dit que le promoteur va proposer un projet et qu’il se peut fort bien qu’on le retourne à la table à dessin, combien de temps vous pensez qu’il perd le promoteur? Si on était capable de mettre tout le monde dans un processus de médiation ce serait mieux », dit-il.

16 logements par hectare

Le maire prévient toutefois que le taux de 16 logements par hectare n’est pas négociable et que la décision a été prise par la CMM.

« C’est la CMM qui nous oblige à atteindre un taux de densification de 16 logements à l’hectare. (…) La CMM c’est un gouvernement en soi du grand Montréal qui est contrôlé par la ville de Montréal. Dieu sait qu’on aimerait bien en sortir, mais c’est le gouvernement qui décide », conclut M. Bouchard.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez