Inondation: un rapport bourré d’erreurs

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Deux-Montagnes) Une famille de Deux-Montagnes vit toujours dans des conditions précaires à la suite des inondations de mai dernier parce que leur rapport d’évaluation des dommages est truffé d’erreurs.

Sept mois après les inondations, Katherine-Elizabeth Larivière, Patrick Larivière et leurs enfants vivent toujours à Montréal chez les parents de Patrick. Ils ne voient toujours pas la lumière au bout du tunnel.

« Je pars régulièrement de Montréal pour aller porter ma fille à la garderie à Deux-Montagnes pour ensuite retourner travailler au centre-ville de Montréal », lance Katherine-Elizabeth Larivière.

Des erreurs

L’évaluateur mandaté par le gouvernement est passé chez eux en juin dernier. Mais quel ne fut pas leur surprise lorsqu’ils ont reçu le rapport d’évaluation des coûts de la reconstruction de leur maison. Le gouvernement leur a offert 35 600$ un montant nettement en bas des coûts réels selon eux.

Patrick Larivière est un ouvrier de la construction. Il a rapidement repéré les nombreuses erreurs qui expliquent en partie cette évaluation à la baisse.

« Sur le rapport le gouvernement calcule 18 pieds linéaires de moulures (placées au bas des murs)! Ç’a en prend 200 pieds linéaires. Ce n’est qu’un des nombreux exemples qui jouent sur l’offre du gouvernement. Le montant offert n’a aucun sens », explique Mme Larivière.

Des pertes de plus de 300 000$

En soustrayant les réparations d’urgence effectuées, c’est 22 900 que leur a offert le gouvernement pour reconstruire leur maison.

Ils ont reçu une soumission d’un contracteur pour un montant de 149 000$. Leur hypothèque oscille autour de 150  000$. Facture à l’appui, le couple avait emprunté près de 75 000$ pour faire des rénovations peu avant le sinistre. La perte est donc de plus de 300 000$ pour cette jeune famille en tenant compte de l’offre actuelle.

Mme Larivière estime que s’ils avaient abandonné la maison et qu’ils l’avaient laissé pourrir, ils n’auraient pas eu de problème. « C’est là que le bât blesse. Notre voisin d’à côté a reçu 200 000$ et il est dans sa nouvelle maison. Nous avons fait la gaffe de vouloir reconstruire », dit-elle.

Les voisins qui ont fait détruire leur maison ont reçu 200 000 et ont pu s’acheter une nouvelle maison. La famille Larivière estime avoir été très désavantagée.
Photo: Stéphane Sinclair

Le ministère reconnait les erreurs

Le ministère de la Sécurité public a reconnu en octobre dernier que le rapport d’évaluation des coûts de reconstruction contenait plusieurs erreurs. Cependant, Katherine-Elizabeth Larivière et Patrick Larivière n’ont plus de nouvelles de leur analyste à la Sécurité public depuis plus d’un mois.

Joint au téléphone hier, Louise Quintin, l’attaché de presse du Ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, affirme qu’elle fera des vérifications dans leur dossier.

Récents développements

Au moment d’écrire ces lignes, monjournal.ca a appris que le ministère de la Sécurité publique avait contacté Katherine-Elizabeth Larivière pour leur faire part de l’état d’avancement du dossier. « C’est drôle, on a reçu un téléphone. On nous a dit qu’un nouveau rapport était sur le point d’être produit. Le ministère veut avoir quelques précisions qu’on doit leur fournir. Ça bouge tout d’un coup », conclut-t-elle avec une certaine dose de sarcasme.

Exemple des erreurs du rapport de la Sécurité publique

Travaux Proposé Réalité
Moulure 18 pieds linéaires 200 pieds linéaires
Fourrures (forense) 865 pieds carrés 1440 pieds carrés
Isolation rigide 601 pieds carrés 644 pieds carrés
Isolant laine 359 pieds carrés 660 pieds carrés
Isolant pare-vapeur 359 Pieds carrés 660 pieds carrés
Électricité Rien En attente de revisions
Plomberie Rien En attente de revisions
Placoplâtre 1826 pieds carrés 2429 pieds carrés
Peinture 2384 pieds carrés (3 couches) 7287 pieds carrés ( 3 couches)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez