J’ai des goûts de luxe. La preuve : j’ai un boss en or

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

On a tous eu un boss qui nous a laissé notre chance, qui nous a embauché alors que notre profil n’était pas parfait, qui a cru en nous et qui nous a donné des ailes. J’en ai personnellement eu plusieurs. Lorsqu’ils m’ont accordé leur confiance, ils n’étaient possiblement pas conscients de l’impact de leur décision dans mon cheminement personnel et professionnel. Le présent billet est un hommage à trois d’entre eux.

Par Barbara Fillion, CRHA, M.Sc. / barbara@jasonsrh.com

Boss en or #1

À 15 ans, j’avais demandé au propriétaire de l’épicerie du village de m’embaucher comme caissière. Il m’avait dit qu’il serait ravi de le faire lorsque j’aurais 16 ans. À sa grande surprise, je me suis présentée à son bureau la journée même de mon anniversaire pour lui rappeler sa promesse. Évidemment, il m’a embauché! Avait-il apprécié ma ténacité? C’est fort probable. Néanmoins, il s’agissait de ma première expérience sur le marché du travail et je me souviendrai toujours de cet homme qui m’a offert mon premier emploi, lequel j’ai occupé pendant trois ans. Grâce à lui, j’ai appris à me connaître davantage. J’ai découvert que j’aimais travailler dans environnement de travail rythmé et que l’interaction sociale était importante pour moi.

Boss en or #2

À 23 ans, un conseiller qui m’accompagnait dans ma recherche d’emploi m’a référé à une gestionnaire qui était à la recherche d’une adjointe administrative bilingue. J’avais déjà cumulé quelques années d’expérience à titre de réceptionniste mais je ne détenais aucune expérience comme adjointe administrative.

Malgré tout, cette femme m’a embauché. Alors que j’étais sur le point de terminer ma période de probation, elle m’a rencontré pour me dire que mon rendement était excellent mais qu’elle hésitait à me garder à l’emploi puisqu’elle jugeait que mes compétences en rédaction dans la langue anglaise n’étaient pas suffisantes. À la suite de notre entretien, elle a toutefois choisi d’investir en moi en défrayant les coûts d’une formation d’appoint pour me permettre de parfaire mes habiletés dans la langue anglaise. Génial, n’est-ce pas? Sans beaucoup de surprises, je suis demeurée à cet emploi pendant trois ans. Dans le cadre de mes fonctions, j’ai découvert un intérêt pour le travail de bureau et pour les tâches administratives. J’ai aussi côtoyé plusieurs gestionnaires, ce qui m’a permis de développer ma confiance en moi et de mieux saisir le rôle de gestionnaire.

Boss en or #3

À 30 ans, j’ai rencontré mon patron actuel pour l’informer que je retournais aux études afin de compléter une maîtrise en relations industrielles. Je lui ai alors confié que j’aspirais à occuper un poste de gestionnaire. Dans les semaines suivantes, il m’a offert un poste de directrice adjointe. J’avais peu d’expérience en gestion. Par contre, je savais exactement où je m’en allais et j’étais déterminée à réaliser mon objectif. Je serai éternellement reconnaissante de sa confiance car je sais pertinemment qu’il est très difficile de trouver un employeur qui est prêt à investir dans une ressource junior. Ces fonctions, que j’occupe maintenant depuis 5 ans, ont confirmé mon choix professionnel. Je suis une femme de décisions et d’actions qui détient des aptitudes naturelles en gestion. Je suis sur mon X.

Bref, je ne me considère pas du tout être une téteuse de boss. Je suis tout simplement reconnaissante de la confiance que ces trois personnes m’ont témoignée. Et toi, lequel de tes boss souhaiterais-tu remercier pour t’avoir laissé ta chance?

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.