Le torchon brûle à nouveau entre Oka et Kanesatake

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Kanesatake) La réconciliation entre la Municipalité d’Oka et le territoire Mohawk de Kanesatake n’aura duré que six mois. Les relations sont à ce point tendues entre les deux groupes que le Grand chef Mohawk Serge Simon se positionne contre l’administration sortante de la ville d’Oka en plein cœur de la campagne électorale.

Le Grand chef Mohawk de Kanesatake a ainsi rompu avec la tradition en se mêlant de la campagne électorale municipale à Oka. Ce dernier affirme avoir été déçu par la réconciliation « théâtrale » initiée par l’administration du maire Pascal Quevillon.

« On les croyait. On a eu confiance en eux. On voulait travailler de concert avec la municipalité d’Oka, avec son administration et le maire Quevillon, mais on s’est encore fait tromper. Tout ce que le maire devait faire, c’était de nous consulter, de travailler avec nous. Ca n’aura pas duré longtemps. Il est retombé dans une attitude colonisatrice comme on le vit depuis trop longtemps », a affirmé Serge Simon.

Ce dernier affirme que le développement immobilier du secteur Grande Colline à Oka et la récente réfection de la descente de bateau dans le village, n’ont pas été réalisés avec l’approbation de la communauté autochtone.

Le Grand chef du Conseil de bande agit en son nom et n’a pas l’appui de tous les membres du conseil dans cette initiative hors du commun, mais il affirme que s’il n’a pas l’unanimité sur la forme, il l’a totalement sur le fond.

« Ils ne sont pas tous d’accord avec ma prise de position publique en faveur de la candidate Marie-Claude Provencher contre l’actuel maire Pascal Quevillon, mais ils sont tous contre le maire Quevillon. Tous les membres du Conseil de bande souhaitent la défaite de ce maire », a précisé M. Simon.

Bras dessus-dessous avec la candidate Provencher

L’aspirante mairesse d’Oka, Marie-Claude Provencher, qui vit à Oka depuis 8 ans souhaite être l’artisane du changement. « La première fois que l’on s’est parlé, j’ai cru qu’il avait lu mon programme électoral en ce qui trait à la réconciliation entre les mohawks et les blancs. Nous avons tellement de choses en commun », a-t-elle lancé.

Cette dernière se réjouit de l’appui du Grand Chef Simon et espère que cette prise de position va lui être favorable dans le résultat de cette élection municipale.

Déception du maire sortant

« J’aurais apprécié que le Grand Chef Simon se garde un droit de réserve, malgré que nous vivions une communication et une situation plus difficile depuis les derniers mois avec les revendications des traditionnalistes », a pour sa part mentionné le maire sortant Pascal Quevillon.

Ce dernier estime que le changement de position du Grand Chef est lié aux traditionnalistes et à l’offre de quelques dizaines de millions qu’il a reçue le 30 juin dernier du gouvernement fédéral pour finaliser le dossier des revendications Mohawks.

« Le Grand Chef aurait avantage à avoir un pantin à la municipalité d’Oka. Ce serait très avantageux pour lui, mais moi je travaille pour les citoyens d’Oka. Il y a des candidates naïves, mais je ne le suis pas », a conclu le Maire d’Oka, Pascal Quevillon.

Au mois d’avril dernier, le Grand Chef de Kanesatake et le maire d’Oka ont défrayé la manchette après avoir signé une entente qui permettait aux Mohawks de bénéficier de la station d’épuration des eaux d’Oka. Cet événement a été qualifié de réconciliation par de nombreux médias au pays depuis la crise amérindienne de 1989. La réconciliation a été de courte durée, puisqu’en juin, les mohawks manifestaient contre le développement immobilier du secteur Grande Colline à Oka.

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez