L’intimidation, un phénomène qui touche aussi les aînés

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Sainte-Thérèse) L’intimidation est un phénomène qu’on ne retrouve pas uniquement chez les jeunes. Les personnes âgées en sont aussi victimes et le CLSC Thérèse-De Blainville a pris les moyens pour l’enrayer.

Sylvie Philippe est intervenante communautaire en charge du dossier des aînés au CLSC Thérèse-De Blainville. Son équipe et elle ont été mises au fait de situations inacceptables qui se déroulaient entre aînés.

« Il y avait beaucoup de situations d’intimidation. Si madame unetelle est là moi je n’y vais pas. Non tu ne t’assoiras pas ici pour manger. On isolait des gens », explique Mme Philippe.

Sensibilisation

Le CLSC a donc mis sur pied un programme pour sensibiliser les personnes âgées à ce phénomène. Les intervenantes communautaires ont fait le tour des foyers pour personnes âgées et des offices municipaux d’habitation (OMH) afin de remettre de la documentation et de présenter une vidéo sur laquelle on retrouvait des mises en scène d’intimidation.

« On entendait les personnes aînées dire : l’intimidation touche les jeunes et c’est à l’école, nous on n’en fait pas, c’était une blague. Mais Une blague répétitive, à longueur de semaine, qui peut blesser la personne c’est de l’intimidation. C’est une forme de maltraitance psychologique », ajoute  Mme Philippe.

Après avoir visionné la vidéo les intervenantes débutent leur travail de sensibilisation par le biais d’une discussion avec les personnes âgées.

Contrer la maltraitance

L’intimidation n’est qu’une des nombreuses formes de maltraitance envers les aînées.

Les partenaires du comité Abus Aînés de la MRC de Thérèse-De Blainville ont annoncé la conclusion d’une entente de collaboration avec plusieurs partenaires visant à contrer ces comportements. Des services de police, des organismes communautaires et des services de santé sont signataires du document.

L’entente permet de mieux concerter les efforts afin de venir en aide aux personnes âgées victimes de maltraitance. Si une personne en détresse est identifiée par l’un ou l’autre des organismes, elle est pris en charge et mieux accompagnée.

« On a écrit nos définitions de rôle et tous et chacun sait ce que tout le monde fait et est à même d’accompagner la personne vers la meilleure ressource », affirme Sylvie Philippe.

Sylvie Philippe est intervenante communautaire au sein du CLSC Thérèse-De Blainville.

Un travail complexe

La maltraitance peut prendre différentes formes : physique, psychologique, sexuelle, matérielle ou financière, violation des droits de la personne, institutionnelle ou d’âgisme. Elle touche des personnes tant dans les milieux privilégiés que dans les communautés défavorisées.

Parce que c’est un sujet tabou, les personnes aînées en situation de maltraitance sont réticentes à révéler leur situation notamment parce que leur agresseur est souvent un de leurs proches.

Cette collaboration officialisée entre les différents organismes appelés à intervenir auprès des personnes âgées était donc nécessaire pour augmenter l’efficacité des interventions.

Les signataires du protocole

  • Le Centre d’action bénévole Solange-Beauchamp,
  • le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels des Laurentides (CAVAC),
  • le Centre intégré de santé et services sociaux des Laurentides/CLSC de Thérèse-De Blainville,
  • la Coopérative de solidarité Bon Ménage des Basses-Laurentides,
  • Mesures alternatives des Basses-Laurentides,
  • la Régie intermunicipale de police de Thérèse-De Blainville,
  • le Service de police de Blainville,
  • le Service de police de Terrebonne,
  • l’Association québécoise de défense des droits des retraitées et préretraitées/AQDR Laval-Laurentides.
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez