Mathers réclame 39 millions à la ville de Boisbriand

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Boisbriand) Une autre tuile tombe sur la ville de Boisbriand dans la saga judiciaire qui l’oppose à la Carrière Saint-Eustache depuis maintenant 10 ans. La carrière, propriété de la famille Mathers, a obtenu de la Cour supérieure le droit d’ajouter 7 millions de dollars additionnels à sa réclamation initiale. Boisbriand fait maintenant face à une poursuite de 38,8 millions de dollars. 

Cette saga a débuté en 2007. Carrière Saint-Eustache voulait exploiter la partie Est de son site. Sauf que cette partie est sur le territoire de Boisbriand et la municipalité refuse de voir la rue Hector-Lanthier être détruite.

Des droits acquis?

Carrière Saint-Eustache allègue de son côté qu’il a des droits acquis sur ce segment situé entre la carrière et l’autoroute 13, au sud de l’autoroute 640. Rejointe au téléphone, la responsable du dossier à la Carrière Saint-Eustache, Brigitte Mathers a affirmé que les « schémas d’aménagement allait en ce sens » avant d’affirmer qu’il n’était pas question qu’elle réponde à d’autres questions.

La mairesse sortante de Boisbriand n’est pas de son avis.

« Le schéma d’aménagement ne prévoit pas de carrière à cet endroit-là sur le territoire de Boisbriand. Tous les schémas d’aménagement reflètent ça, celui de 1987, celui de 2005 ou de 2015, ne prévoient pas de carrière sur Hector-Lanthier », explique Marlene Cordato.

150 000 $ de frais depuis 10 ans.

La Ville de Boisbriand a dépensé 150 000 dollars au cours des 10 dernières années afin de défendre sa position dans ce dossier. Ce nouveau rebondissement contribuera à alourdir la facture.

 

« On peut demander de faire appel, c’est ce que nos procureurs étudient en ce moment. Les conséquences sont que les procédures seront plus longues et plus onéreuses. Cette requête-là a comme impact qu’on doive recommencer une panoplie d’actions qui avaient déjà été faites ce qui repousse d’autant plus le moment où on va se retrouver devant le juge », déplore Mme Cordato.

Dans sa décision, la juge Micheline Perrault a fait valoir que l’article 206 du code de procédure civile prévoit le droit à l’amendement. Elle ajoute que « l’amendement est la règle alors que le refus d’amender est l’exception », peut-on lire dans les documents de cour. La juge a donc accordé à Carrière Saint-Eustache le droit d’ajouter 7 millions à sa requête initiale.

La Carrière Saint-Eustache

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.