Métier non traditionnel: elles seront soudeuses

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Saint-Eustache) Le nouveau Centre de formation Construc-Plus de Saint-Eustache, qui a été inauguré vendredi dernier, accueille plusieurs femmes qui abattent les barrières des métiers non traditionnels afin de réaliser leur rêve.

Jenica Gagnieux et Anne-Sophie Boudreault (photo) sont deux des nombreuses femmes qui fréquentent le Centre de formation Construc-Plus qui se spécialise, comme son nom l’indique, dans les métiers de la construction. Non seulement les deux jeunes femmes apprennent un métier qui est exercé majoritairement par des hommes, mais elles excellent dans la discipline.

« Nos soudeuses sont top. Les femmes sont minutieuses, elles ont le souci du détail et c’est un élément primordial dans le soudage », explique Isabelle Lacasse, coordonnatrice de la formation.

« Elles ne sont pas ici parce qu’elles sont des femmes, elles sont ici parce qu’elles sont compétentes », ajoute pour sa part Bruno Lalande, formateur en soudage

Elles tracent la voie?

Que ce soit en charpenterie-menuiserie, en peinture en bâtiment, en préparation et finition de béton ou en soudage, le Centre de formation s’enorgueillit de compter des femmes dans chacun des programmes.

Ces dernières ne se voient toutefois pas comme des pionnières qui tracent la voie pour les autres femmes, leur cheminement est beaucoup plus simple, elles étaient attirées par le métier.

« J’ai toujours été intéressée par la construction et par la création. La charpenterie et le soudage m’ont toujours intéressée et j’ai décidé d’aller en soudage », raconte Jenica Gagnieux.

Anne-Sophie Boudreault a même eu la piqûre pour la profession à un très jeune âge.

« Moi j’ai fait six jours dans une shop à 16 ans et un des soudeurs sur l’heure du dîner m’a fait essayer le tig (un des outils du soudeur) et j’ai tellement aimé ça, ça m’a accroché alors aujourd’hui c’est ce que je fais », dit-elle.

Aucun jugement

Jamais les jeunes femmes n’ont senti de jugement ou de pression de leur entourage pour avoir choisi un métier non traditionnel. Au Centre de formation, elles se sentent acceptées et appréciées de leurs collègues masculins.

Une soudeuse peut gagner de 40 000 à 50 000 dollars par année en début de carrière et les plus talentueuses (et expérimentées) peuvent même rêver à des salaires de 80 000 dollars par année. Parions que Jenica et Anne-Sophie prendront peu de temps à atteindre les plus hauts sommets.

Les deux jeunes femmes devant une de leurs créations.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez