Quand les plus démunis sont victimes de vols

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Saint-Eustache) Le Grenier populaire de Saint-Eustache déplore que plusieurs personnes viennent quotidiennement voler les dons qui sont laissés au pas de sa porte quand l’organisme est fermé.

La directrice générale du Grenier populaire Christine Richard est en poste depuis janvier et elle s’est donnée comme mandat de régler ce problème criant. Parfois des employés prennent des voleurs sur le fait, ce qui donne lieu dans des situations dangereuses.

« Le conducteur d’une voiture de luxe sport s’apprêtait à voler un climatiseur en plein après-midi (dans la cour arrière de l’entreprise), les employés lui ont dit gentiment qu’il ne pouvait pas prendre l’objet, le gars a répondu si t’es pas content appelle la police. Il a pris le climatiseur de force et  il a foncé sur mes employés avec sa voiture », déplore Mme Richard.

Mieux saisir la mission du Grenier

Le Grenier populaire est un organisme en réinsertion au travail.  Il embauche des personnes qui, pour différentes raisons, ont du mal à trouver un emploi. Les gens donnent leurs vêtements, leurs meubles ou autres articles dont ils désirent se départir à l’organisme qui revend ces objets afin de financer ses activités.

« On est une entreprise d’insertion. La mission première ici c’est l’employabilité. C’est d’aider des gens qui ne sont pas employables, sur un parcours de six mois, à ce qu’ils intègrent un emploi de façon durable », explique la directrice générale.

La vente d’objets divers représente 50% du budget d’opération. Emploi Québec paye aussi une partie des salaires des employés. Chaque objet volé représente des dollars de moins pour mener à bien la mission de l’organisme.

Mme Richard estime que si les vols sont aussi nombreux c’est que les malfaiteurs comprennent mal la mission du Grenier.

« Toutes les entreprises comme la nôtre ont la même problématique. Les gens pensent que parce que c’est donné, c’est pour n’importe qui et qu’on peut partir avec. On dirait que certaines personnes ne comprennent pas que c’est une mission sociale que l’on fait », dit-elle.

La police au dossier

En plus des vols, il n’est pas rare que des vandales s’attaquent au Grenier. Des objets en bon état sont retrouvés le matin en plusieurs morceaux.

« Je pense à mettre une clôture, mais ça prend la permission de la ville et je suis en discussion avec les gens de la ville et j’ai aussi besoin de la permission du propriétaire parce qu’on est locataire ici », affirme Christine Richard.

Avant l’arrivée de Mme Richard, l’organisme n’avait pas l’habitude de dénoncer systématiquement les vols au service de police. La situation a toutefois changé. La nouvelle directrice générale n’a pas hésité à faire appel aux forces de l’ordre.

« On est en contact avec le Grenier populaire et on fait des pieds et des mains pour régler le problème de vols », explique Olivier Boucher, Lieutenant au service de police de la Ville de saint-Eustache.

La directrice croit toutefois que la solution au problème doit aussi passer par la sensibilisation et l’éducation.

« Il faut qu’on sensibilise la population à ce qu’on fait et à l’importance qu’on a surtout dans un marché du travail en manque de main d’œuvre, c’est ce qu’on fait former de la main d’œuvre », conclut-elle.

Mme Richard dans l’entrepôt de l’organisme qui déborde d’objets qui seront revendus pour venir en aide aux plus démunis. / Photo: Dave Parent

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Coupon Rabais
Partagez

Commentez