Quota de contraventions : un conseiller municipal de Sainte-Thérèse en colère

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Sainte-Thérèse) Le conseiller municipal de Sainte-Thérèse, Michel Milette est en colère après avoir entendu les policiers de la Régie intermunicpale de police Thérèse-De Blainville (RIPTB) affirmer qu’ils avaient un quota de contraventions à donner. M. Milette dit avoir vu venir le coup il y a bien longtemps.

En 2010, quand la ville de Sainte-Thérèse a décidé de limiter la vitesse maximale à 40 km/h dans ses rues, la conseiller dit avoir craint que tout le territoire devienne en terreau fertile pour les constats d’infraction.

« À Sainte-Thérèse on avait reçu des représentants de la Ville de Repentigny, parce qu’elle envisageait de faire comme nous et limiter la vitesse à 40 km/h sur son territoire. Ce qui est ressorti des discussions, c’est que c’est une bonne chose parce que c’est payant et que ça rempli les coffres », explique M. Milette.

À l’époque, le conseiller avait dénoncé la situation dans les médias.

« Je ne suis pas contre la limite à 40 km/h, c’est plus sécuritaire pour les citoyens mais en même temps il ne faut pas être de mauvaise foi. Maintenant on apprend que les policiers se font imposer un quota de contraventions, j’y vois un lien de cause à effet », ajoute celui qui fait de ce débat un enjeu électoral.

Des relations difficiles

Les policiers ont manifesté mercredi dernier devant l’hôtel de ville de Sainte-Thérèse pour dénoncer les quotas de constats d’infraction imposé aux policiers mais aussi le climat des relations de travail.

Le président de la fraternité des policiers, François Boies considère que la situation est insoutenable. Les occasions où les policiers donnent une chance à un automobiliste sont désormais presque inexistantes dans les quatre villes couvertes par la RIPTB. Les relations entre les policiers et les citoyens sont donc tendues.

« On n’est pas apprécié, je vais t’enlever 150$ dans tes poches tu ne m’aimeras pas. T’as des quotas à donner, c’est certain qu’en tant que policier ton seuil de tolérance devient moins élevé. C’est marqué partenaire de la communauté sur mon auto, crois-tu que je me sens comme un partenaire? Pas du tout », conclut François Boies.

Un moyen de pression?

La mairesse sortante et présidente de la RIPTB, Sylvie Surprenant trouve étonnant que la fraternité des policiers lance ces allégations alors que selon elle, il n’a jamais été question de cette problématique dans les négociations pour le renouvellement de la convention collective.

« Les quotas n’ont jamais été un enjeux dans les négociations. Et le citoyen nous demande l’application des lois sur la vitesse. On fait du porte-à-porte et on entend beaucoup parler de la vitesse sur les routes. Sur l’ensemble des contraventions remises, 66% proviennent de l’extérieur du territoire couvert par la régie de police. Alors lorsqu’on parle de surtaxe aux résidents des quatre villes, c’est faux », soutient Sylvie Surprenant.

Les négociations entre les policiers et la partie patronale doivent reprendre le 14 novembre.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez